joie

Icare

Icare

Comme un soleil. De celui qui nous réchauffe les os, lorsque notre ardeur usée par le labeur, les ténèbres et la douleur, s’est éteinte, lorsque, comme après un trop long hiver, nous ne sommes plus que frissons. Elle s’était élancée, je la suivais, envoûté ; je n’étais plus très loin, je pourrais peut-être la rejoindre et alors je me consumerai en une ultime flamboyance.

Découvrir la suite →