L’univers

La photographie est une magie de l’instant. Avant il n’est souvent que trop tôt, quand après il n’est que toujours trop tard.

Alors que 2015 étirait ces derniers moments, nous étions partis faire notre promenade quotidienne. Oh, nous ne nous éloignions jamais vraiment de la maison ; jamais plus en tout cas que l’autonomie que nous concède une journée rythmée par le jeune âge d’Adèle… Entre un lever de sieste tardif et le bain vespéral qui précède le dîner, il ne reste guère de temps.

Nous allions rejoindre les quelques manèges disposés sur la place et nous formions colonne, une colonne gaie d’enfants, volée multipliant les allers et retours. Et puis, l’un d’entre eux, éclaireur téméraire, s’est émancipé. Il avait traversé le carrefour alors que le feu piéton était au vert et nous autres, nous étions de l’autre côté. Il s’arrêta pour nous attendre, et –  je ne sais pas… – sa pose, son attitude, les couleurs peut-être m’incitèrent à porter l’appareil à l’oeil.

Je déclenchais plusieurs fois, en l’espace de quelques secondes. De ces quatre photos, il s’avèrera qu’une seule traduit ce que j’avais vécu et qui m’avait mis en alerte. Celle de l’instant précis, une fulgurance éphémère quand les trois autres n’expriment rien, rien d’autre que le temps qui passe.

contact

 

Le peintre de Before and After avait donc raison:

On dit que le temps change les choses, mais en fait le temps ne fait que passer et nous devons changer les choses nous-mêmes.

Andy Warhol

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.