Nostalgie de l’hiver

Souvent l’été me revient le goût de l’hiver : cette morsure délicieuse du froid, ces brumes cotonneuses et enveloppantes, cette neige embrassant la nature des doux contrastes d’une teinte monochrome. C’est une sensation étrange que de ne jamais se satisfaire du temps qu’il fait.

L’hiver, je me languis du retour de l’été et de la moiteur de son atmosphère. J’aspire à retrouver le soleil, ses lueurs et sa chaleur. Et puis quand vient l’été, et que quelques jours caniculaires ont asséché l’air, que je ne respire plus que poussières brûlantes et irritantes, j’ai la nostalgie de l’hiver. Je supporte souvent mal la chaleur et je me souviens alors assez vite que je lui préfère d’autres saisons. 

Quelques nuits sans sommeil, convulsant dans la poisse des insomnies estivales, et voilà que j’aspire à nouveau à l’air vivifiant des hivers secs, quand tout est figé à l’exception de la lumière, devenue si cristalline et pure qu’elle vibre délicatement. Malheureusement, ces temps froids et secs sont rares et, dans notre région, l’hiver est plus souvent synonyme de pluies continuelles et de froid pénétrant qu’un sol granitique contribue à rendre particulièrement éprouvants.

Et le printemps, me direz-vous ? Tout le monde aime le printemps, le renouveau, les journées qui s’allongent comme se raccourcissent les jupes des filles. Que pour cela le printemps est agréable en effet mais il s’accompagne aussi de sa cohorte de rhinites, conjonctivites, et bien d’autres tracas en « ites » qui vous en font perdre toute la sensualité.

A la réflexion, je crois que c’est l’automne qui me contente le plus. L’automne, ses couleurs chatoyantes, ses odeurs d’humus et les frimas encore timides… Mais voilà qu’à peine est-il installé qu’il a tendance à vouloir se grimer en hiver, à devenir de plus en plus grincheux et bruineux. Il en devient presque impossible de sortir l’appareil, s’asseoir dans les herbes folles et regarder tomber les feuilles.

Les herbes se couvrent
d’automne
Je m’assieds

Matsuo Bashô

 

2 Comments

  1. Avatar annie Veyriras

    comme toi j’aime le rythme des saisons, les paysages qui se transforment, mais j’ai vraiment besoin du soleil et de sa lumière pour être en « pleine énergie »
    et l’automne reste ma saison préférée pour les couleurs qu’il nous offre.
    merci de partager tes belles photos !
    annie

    Reply
  2.  » – Le facteur
    Mais c’est qu’y a plus de saison, mon bon monsieur

    – Jacques T
    Il est vrai que les températures varient brutalement, regardez hier 5 degrés, aujourd’hui 19 à Paris

    – Le facteur
    C’est que tout fout le camp, avec le réchauffement climatique comme y disent à la télé

    – Jacques T
    Pensez donc, un petit comportement citoyen et civique de chacun que la situation en serait grandement améliorée

    – Le facteur
    Moi j’dis que tout ça c’est la faute aux ricains, avec l’autre-là qui fricote avec les Russes sans se soucier des pauvres gens.  »

    Quand on sait que Jacques aimait jouer le facteur,
    On se dit :  » Ma foi, tous les deux ont bien raison,
    Puisqu’y a plus de saison, vaut mieux rester à la maison
    Laisser passer sur l’horloge de Jacques, l’heure
    Qui, sur le même ton, nous dit oui , nous dit non,
    Qui, sans le rythme des saisons et sans ardeur,
    Nous attend »

    Reply

Répondre à annie Veyriras Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.